Bien choisir son lave-linge

  • Top ou frontal ?
  • La capacité
  • L'essorage
  • Les consommations
  • Les programmes spéciaux
  • Les trucs en plus
  • Les systèmes de sécurité
  • Les lavantes-séchantes

Top ou frontal ?

Pour être sûr de faire le bon choix, la première question porte sur l’emplacement qui accueillera l’appareil, ce qui conditionne ses dimensions, son type de chargement et par conséquent son mode d’emploi.

Il existe deux types de machines à laver selon que le chargement du linge s’effectue :

  • par le dessus. Ce sont les appareils « Top ». Ils sont équipés d'une trappe d’accès au tambour placé au sommet de la machine.
  • par le devant. Ce sont les appareils « Frontaux », ceux qui disposent d'un hublot pivotant placé sur la façade de la machine.

Les premiers présentent l'avantage d'une largeur réduite, entre 40 et 45 cm quand les modèles frontaux adoptent une largeur standardisée de 60 cm. Les modèles européens affichent, dans la très grande majorité des cas, une profondeur standard de 60 cm.

Espaces réduits : avantage aux lave-linge Top

Les lave-linge Top, grâce à leur moindre largeur (moins de 45 cm), conviennent tout particulièrement aux pièces où la place est comptée. En ce sens, ils séduisent plutôt les citadins qui vivent en appartement car ces machines peuvent être placées dans une pièce de surface modeste comme la salle de bain ou dans un placard.

Grande capacité : avantage aux lave-linge frontaux

La différence de taille de l’appareil impacte directement la capacité de lavage. Les lave-linge Top acceptent ainsi le chargement d'une quantité maximale de linge de l'ordre de 6 kg quand les modèles frontaux engouffrent aisément jusqu'à 7 ou 8 kg de linge. On trouve même des appareils dits de grande capacité que 11 voire 13 kg de linge n’effraient pas.

Quand les lave-linge frontaux jouent aussi le gain de place 

En plus de leur grande capacité, les lave-linge frontaux présentent l’avantage de pouvoir superposer un sèche-linge. Pour un même encombrement au sol, on évite la corvée d’étendage. Chaque fabricant propose en accessoire un kit de liaison adapté à ses standards mais il existe aussi des modèles génériques quasi universels. L'ensemble forme alors une colonne peu encombrante, pratique et très fonctionnelle car bien souvent l'accessoire de superposition intègre une tablette coulissante sur laquelle on plie rapidement le linge au sortir du séchoir.

Autre solution gain de place :

Plusieurs fabricants proposent des machines à laver frontales de faible profondeur (de l'ordre de 40 cm) qui cumulent gain de place et grande capacité. On les loge sans peine sous une vasque de salle de bain.

Se pencher ou rester debout ? 

À chaque mode de chargement, sa façon d’utiliser l’appareil. On reste debout pour utiliser un lave-linge Top tandis que les appareils frontaux obligent l'utilisateur à se pencher. Sur ce point, chacun fera le choix qui lui semble le meilleur, il n'y a pas de règle universelle en la matière.

Remarque : Bon nombre de grandes marques proposent des socles tiroirs surélévateurs destinés aux lave-linge frontaux. Ils permettent de garder à portée de main la lessive, l’assouplissant ou autres détachants et assurent un confort d'utilisation accru en surélevant la machine de 25 à 30 cm selon les modèles.

En résumé : 

  • Je souhaite optimiser l'espace et/ou je préfère ne pas avoir à me pencher pour charger le lave-linge > je choisis un modèle Top. 
  • Je dispose d'un emplacement de 60 cm de large et je préfère une capacité de lavage élevée, j'envisage de plus de superposer un sèche-linge > je choisis un lave-linge frontal.

Astuce : Si votre choix se porte sur un lave-linge frontal, vérifiez d'une part l'angle d'ouverture du hublot qui doit être le plus grand possible (idéalement à 180 °, soit une ouverture totale) pour un maximum de confort. D'autre part, soyez attentif au sens d'ouverture du hublot pour faciliter le chargement. La plupart s’ouvrent vers la gauche. Évitez de placer un modèle frontal dans un angle de la pièce car l'accès risque d'être mal pratique. À noter que certains appareils sont dotés d'un hublot à ouverture réversible ; dans ce cas ils s'adaptent à toutes les situations.

 

La capacité

Bien que directement dépendante du modèle, Top ou frontal, la capacité de lavage varie d'un modèle à l'autre.

Concernant les lave-linge Top, la variation de la capacité entre les différents modèles du marché est très faible. La très grande majorité des lave-linge Top propose en effet une capacité variant de 5,5 à 6 kg ! Entre les deux, la différence est si minime que la question de la capacité se pose à peine.

Il en va tout autrement pour les lave-linge frontaux. Là, la capacité varie sensiblement, dans une fourchette de 5-6 à 13 kg, soit du simple au double ! Cet écart s'est amplifié ces dernières années grâce aux perfectionnements apportés par les grandes marques. Il y a quelques années la capacité moyenne évoluait entre 4 et 5 kg, aujourd'hui le standard a grandi pour atteindre 7 à 8 kg. Un volume utile de lavage qui convient parfaitement pour une famille de 1 à 5 personnes. Et la toute dernière tendance fait la part belle aux capacités encore accrues, entre 10 et 13 kg.

Quel est l'intérêt de choisir une capacité supérieure à 8 kg ? 

Les lave-linge de grande capacité présentent 3 avantages : 

  • Leur grande capacité permet d'espacer les lavages et donc d'en réduire le nombre. Idéal pour les familles nombreuses ! À la clé, des économies d'énergie, d'eau et de lessive. 
  • Leur grande capacité permet de laver des pièces de linge de grande taille comme les couettes par exemple que l’on confiait avant au pressing ou à la laverie automatique.
  • Leur grande capacité n'exclut pas de petits lavages, bien au contraire. L'adage « Qui peut le plus peut le moins » s'applique parfaitement à ces machines, de plus en plus souvent dotées d'automatismes de lavage évolués, qui adaptent la durée du cycle, la consommation d’eau – donc de lessive et d’énergie – à la nature et au poids du linge à laver. Mieux, les fabricants affirment que la grande taille de la cuve et du tambour améliore les performances et donne donc une qualité de lavage encore meilleure.

À la réflexion, pour un surcoût raisonnable, un lave-linge de grande capacité constitue un excellent choix qui convient très bien à des familles plus ou moins nombreuses.

En résumé : 

Toujours privilégier les capacités de lavage les plus élevées.

 

L'essorage

L'idéal en matière d'essorage : disposer d’une vitesse progressive, que l’on peut contrôler en fonction du linge traité en s’autorisant des pointes de rotation (jusqu’à 1 800 tours/minute).

Une vitesse élevée pour un gain de temps et d’énergie 

Le linge bien essoré est moins lourd à étendre, et sèche beaucoup plus vite. Un argument d'autant plus percutant si l'on utilise un sèche-linge. À titre de comparaison, 5 kg de coton essorés à 500 tours/minute mettent environ 2 heures à sécher mais ne restent qu’1 heure dans le séchoir lorsque la vitesse d'essorage atteint 1 000 tours/minute. Les fabricants déconseillent d’ailleurs de sécher en machine du linge essoré à moins de 800 tr/min.

Une vitesse variable pour respecter tous les linges 

Si une vitesse d'essorage élevée (de 1 000 à 1 800 tours/minute) convient très bien à du linge d'usage courant, il n’en est pas de même pour certains textiles délicats comme la soie ou la laine par exemple. Pour cette raison, une vitesse variable est un avantage car elle permet d'essorer ce type de linge en le respectant au mieux.

Pas d'essorage du tout ! 

Mieux encore, afin de s'assurer d'un lavage 100 % respectueux, certains lave-linge disposent de la fonction « Arrêt cuve pleine ». Ce programme s'interrompt avant la vidange finale et l’essorage. Il suffit alors d’activer l’une ou l’autre des fonctions au moment qui vous convient. Double avantage. Pour les textiles délicats, on peut alors les faire sécher en en prenant le plus grand soin. Comme par exemple faire sécher un pull 100 % pure laine à plat. Et pour tous les autres textiles, cela permet de conserver le linge mouillé durant plusieurs heures sans qu'il ne se froisse. Dans ce cas, l'utilisateur enclenche manuellement le cycle d'essorage et après quelques minutes sort de la machine le linge qui n’a pas eu le temps de se tasser.

En résumé : 

Privilégier une vitesse d'essorage élevée et variable incluant la fonction arrêt cuve pleine.

 

Les consommations

Toujours moins d'eau et… d'électricité 

Aux débuts des années 90, un lave-linge nécessitait quelque 17 litres d'eau pour laver 1 kg de linge, aujourd'hui il n’en demande que 6 litres (environ). Vive le progrès ! Car moins d’eau utilisée c'est aussi moins d'électricité utilisée pour la chauffer. Dans le détail, le gain en énergie est sur la même période d'environ 50 %. 

En 20 ans les lave-linge, comme bon nombre de leurs confrères de l'électroménager, sont devenus sensiblement moins gourmands.

Remarque : Aujourd'hui, bien des lave-linge disposent de la capacité variable automatique ou de la pesée automatique. Dans le premier cas, l'appareil analyse la proportion avec lequel le linge absorbe l'eau et adapte en conséquence la quantité idéale d'eau nécessaire. Côté pesée automatique, la machine soupèse le linge et en déduit une quantité d'eau idéale nécessaire.

Pour mieux appréhender ces économies potentielles, les étiquettes Énergies (obligatoires depuis 1992) rendent de grands services. Elles classent en fonction de chaque critère - consommation énergétique, lavage et essorage – les appareils selon une échelle vertueuse, de la lettre A, meilleure note, à G (moindre performance). Du moins jusqu'au 20 décembre 2011 où seront devenues obligatoires les nouvelles étiquettes énergie (voir ici). De fait celles-ci continuent d'indiquer la classe d'efficacité énergétique de A+++ à D ainsi que la classe d'efficacité d'essorage mais suppriment la notion d'efficacité de lavage considérant que tous les lave-linge bénéficient au minimum de la lettre A.

Grâce aux étiquettes Énergies le choix semble plus simple : il suffit d'opter de préférence pour les meilleures efficacités. En ce qui concerne la consommation d’énergie, les nuances sont un peu plus subtiles.

Le bon sens voudrait que l’on privilégie à une machine classée A+ un appareil noté A++. Mais le second est plus cher à l’achat. Pour un même nombre de cycles, vous économiserez chaque année des kWh. Ce dernier coûte actuellement 0,12 € en France métropolitaine (hors abonnement). Divisez le surcoût de la machine par l’économie annuelle réalisée, vous obtenez le nombre d’année au-delà duquel l’opération devient rentable. Et cela peut donner à réfléchir…

Autrement dit, si vous hésitez entre deux machines l'une classée A++ et l'autre A+ en classe énergétique, ce n'est pas systématiquement la première qui vous conviendra le mieux ! En effet, souvent l'écart de prix de vente entre deux lave-linge aux notes proches fait qu'une machine mieux notée peut demander une bien longue période avant d'être plus avantageuse économiquement à l'usage.

Il en va de même pour la consommation d'eau, sachant que le prix moyen du mètre cube d'eau en France métropolitaine, soit 1 000 litres, est d’environ de 3 euros. À vos calculettes donc !

Bien évidemment, quel que soit le coût global (achat + utilisation), ce raisonnement purement comptable devient caduc lorsque l’on considère que la préservation des ressources naturelles est une priorité absolue. Question de convictions !

La juste dose de lessive et d'adoucissant 

Vraie source d'économie potentielle, les lave-linge équipés d'un système de dosage automatique de lessive et d'adoucissant sont pratiques puisqu’il suffit de remplir deux réservoirs pour de longues semaines d’utilisation. Le dosage automatique optimise les consommations de lessive et d'adoucissant en les adaptant au mieux. Les fabricants annoncent ainsi jusqu'à 30 % de lessive et d'adoucissant consommés en moins par rapport à un dosage manuel car on a toujours tendance à en mettre trop sans que cela n‘améliore le résultat. Pensez également à moduler la quantité de lessive en fonction de la dureté de l’eau (son taux de calcaire). Votre mairie vous renseignera sur ce point.

En résumé : 

Laissez-vous guider par les étiquettes énergie, privilégiez les meilleures performances. Pour un très grand confort et une consommation de produits lessiviels au plus juste, opter pour un lave-linge à dosage automatique.

 

Les programmes spéciaux

L'imagination, l'efficacité mais aussi le marketing au pouvoir 

Parce qu'il existe une multitude de fibres textiles qui demandent un soin adapté ainsi qu'une palette infinie de couleurs, les grandes marques ont mis leurs savoir-faire à contribution pour créer des programmes de lavage dédiés. Si le prélavage porte bien son nom, les cycles spéciaux aussi. Ils sont en effet destinés au lavage des textiles foncés, des Jeans, des baskets, de la laine, de la soie, des couettes, des oreillers, des voilages… jusqu'aux vêtements d'enfants, de bébés et bien plus encore (dont le programme qui permet d'imperméabiliser les vêtements en utilisant un produit spécial).

Cette liste bien loin d'être exhaustive illustre bien l'imagination et le savoir-faire des fabricants qui jouent la combinaison de nombreux paramètres (dont la quantité d'eau, la température, la durée de lavage et le mode de brassage…) afin d'intégrer aux lave-linge des programmes très spécifiques. Essentiels pour les uns, accessoires pour les autres, il n'y a pas de règle d'or. Chacun peut y trouver son compte mais faites le test : quels programmes utilisez-vous au quotidien ? On utilise bien rarement la totalité des options proposées, dès lors est-il judicieux de les acheter ?

Des programmes avantageux 

Il existe par ailleurs des fonctions astucieuses qui peuvent s'appliquer aux programmes standards du lave-linge ou se substituer à eux. Il s'agit de la fonction Express qui réduit la durée de lavage, des fonctions Éco ou Intensif (qui abaissent ou augmentent la température par rapport à la consigne donnée), des commandes Demi-charge, Trempage et Rinçage supplémentaire.

En résumé : 

Selon la nature des garde-robes de la maisonnée et vos habitudes de lavage, listez vos programmes, étudiez ce qui est proposé mais écoutez le chant des sirènes… avec modération !

 

Les trucs en plus

Toujours plus de confort et de facilité d'utilisation 

S’ils ne sont pas fondamentaux, les différents dispositifs ou équipements ci-dessous rendent l'utilisation du lave-linge toujours plus confortable, toujours plus pratique voire encore plus économique. De plus, lorsqu'on hésite entre plusieurs modèles, ces « trucs en plus » peuvent faire la différence !

Le niveau sonore 

Bien que le niveau sonore n’influe pas sur le résultat de lavage, c'est malgré tout un critère de première importance. Selon l'emplacement de la machine, il peut être primordial qu'elle soit la plus silencieuse possible pour plus de confort. En particulier dans les appartements, lorsque le lave-linge est installé dans la cuisine, la salle de bain ou si vous faites tourner vos machines la nuit.

Remarque : Les nouvelles étiquettes Énergie précisent pour la première fois le niveau sonore des lave-linge. Ou pour être tout à fait exact deux niveaux sonores ! Le premier correspondant au cycle pleine charge, le second à l'essorage.

Le thermostat variable 

Utile sur les lave-linge d'entrée de gamme pour adapter soi-même la température, le thermostat variable devient presque superflu quand on monte en gamme vers des appareils dotés de multiples programmes automatiques qui offrent un choix largement suffisant.

Le départ différé 

Ce dispositif permet de retarder voire de programmer l'heure de mise en route du prochain cycle de lavage. L'on peut ainsi laver son linge à des horaires précis, pendant son absence pour ne pas être dérangé par le bruit, ou la nuit pour profiter du tarif « heures creuses » heures à tarifs préférentiels du fournisseur d'électricité. À noter qu'il existe des lave-linge qui détectent automatiquement ces horaires à prix attractifs.

L'affichage et les signaux sonores 

Indispensable pour connaître le déroulement du programme en cours, le temps restant, l’heure de programmation…, l'affichage est d'autant plus pratique qu'il utilise des diodes électroluminescentes ou, mieux encore, un véritable écran LCD. La lecture y est plus aisée. Par ailleurs, bon nombre de lave-linge émettent des signaux sonores, principalement en fin de cycle. Un discret bip-bip de rappel à l’ordre !

Le nombre de bacs et leur entretien 

Tous les lave-linge disposent d'au moins 3 bacs dans lesquels on introduit la lessive (l'un pour le lavage, l'autre pour le prélavage) et l'adoucisseur (exceptées bien sûr les machines à dosage automatique). Enfin, quelques appareils disposent d'un bac supplémentaire destiné à l'eau de Javel. Mais le chlorage du linge est typiquement français, ce 4e bac est donc loin d'être généralisé.

Notez que certains lave-linge disposent de bacs à produits autonettoyants : un avantage certain comparé aux tiroirs à bacs amovibles qu'il convient de rincer régulièrement.

La vapeur 

Nouvelle venue dans le monde du lave-linge, la vapeur permet d'accroître encore le niveau d’efficacité du lavage. Et ce de quatre manières différentes :

  • Lors du cycle, l'usage de la vapeur permet d'abaisser la température de l'eau (jusqu'à 30 °C environ) qui pénètre plus facilement les fibres et assure un résultat optimal. Le pouvoir d'humidification de la vapeur rend par la suite le repassage plus facile et plus rapide grâce à son action de défroissage. Certaines grandes marques annoncent ainsi une réduction de moitié du temps de repassage. 
  • La vapeur permet également de rafraîchir des vêtements en éliminant les mauvaises odeurs via un cycle d'une dizaine de minutes. Une vraie solution de dépannage en cas d'urgence. 
  • Elle permet, sur les lave-linge équipés de cette fonction, de procéder à un cycle de désinfection du tambour. 
  • Enfin, certains appareils proposent une option bactéricide bien utile pour laver en profondeur le linge des bébés ou des personnes à peaux sensibles.

L'ouverture assistée et l'arrêt positionné 

L'ouverture assistée et l'arrêt positionné du tambour concernent exclusivement les lave-linge Top. Deux vrais plus. Le premier actionne de façon contrôlée en les accompagnant tant l'ouverture que la fermeture de la trappe, le deuxième place automatiquement, en fin de cycle, les volets d'accès du tambour en position haute dans l'axe précis de la trappe. Inutile alors de faire tourner le tambour à la main pour accéder au linge.

L'éclairage du tambour 

L’arme anti chaussette orpheline ! À une vitesse d'essorage élevée, le linge est plaqué avec force sur les parois du tambour, une petite pièce peut alors échapper à un regard rapide. Cet équipement s'avère d'autant plus intéressant sur les lave-linge Top dont l’ouverture est plus petite que celle des modèles frontaux.

L'aide au dosage 

Certains lave-linge calculent automatiquement l'idéale quantité de lessive en fonction de différents paramètres (dont la dureté de l'eau, le programme sélectionné et la quantité de linge) et indiquent cette valeur recommandée à l'utilisateur. L’économie par rapport à un dosage manuel (pour lequel tout le monde a tendance à avoir la main lourde) peut atteindre 30 %.

La deuxième arrivée d'eau 

Il existe des lave-linge équipés d'une authentique source substantielle d'économie : la deuxième alimentation en eau ! Celle-ci peut être raccordée : 

  • au réseau d’eau de récupération (pluie, puisage par forage). On consomme alors d'autant moins d'eau potable, bien plus chère. 
  • au réseau d’eau adouci. Pour un résultat de lavage identique, on réduit la quantité de lessive. L’appareil s’entartre moins vite.
  • une source d'eau chaude chauffée par des moyens écologiques tels que panneaux solaires, géothermie ou pompe à chaleur.

La législation sanitaire française interdit d’effectuer un cycle de lavage complet au moyen d’eau « alternative » et, techniquement, un cycle de lavage complet ne peut être effectué avec 100 % d'eau adoucie. L’appareil, programmé en conséquence puise donc l’eau nécessaire à chaque phase du cycle à l’une ou l’autre des arrivées. Au final, les économies peuvent atteindre 85 % d'électricité et 70 % d'eau potable !

 

Les systèmes de sécurité

Afin de garantir un haut niveau de sécurité et de réduire au minimum tous les risques d'incidents ou de désagréments, les fabricants développent tout un arsenal de systèmes de sécurité. Ce sont notamment :

  • L'antifuite, qui coupe l'arrivée d'eau en cas de détection d'une anomalie dans le circuit d’alimentation,
  • L'antidébordement, qui déclenche une vidange d’urgence de la cuve si le niveau de l'eau dépasse un plafond critique,
  • L'antimousse, qui interrompt le cycle si le niveau de mousse est trop important,
  • L'antibalourd, qui détecte la mauvaise position du linge dans le tambour (formation de paquets générateurs de fortes vibrations à l'essorage) et actionne différents mouvements et vitesses de rotation pour répartir le linge de façon uniforme,
  • La sécurité Enfant. Celle-ci désactive le panneau de commande afin d'éviter toute manipulation non souhaitée.

Les lavantes-séchantes

Solution gain de place, les machines lavantes-séchantes réunissent les deux fonctions en un seul appareil.

Toutefois, comme bien souvent quand on multiplie les fonctionnalités d’une machine, l'heure est au compromis.

Ainsi, une lavante-séchante peut laver de 5 à 7 kg (plus rarement jusqu'à 9), mais la plupart des modèles ne peuvent sécher qu’une grosse demi-charge, soit 3 à 4 kg. Vous devrez donc ôter du tambour la moitié de votre lessive avant de lancer le séchage. Bref, un seul lavage mais deux sessions de séchage. Et si vous souhaitez enchaîner automatiquement les deux actions, il conviendra de ne laver qu’une quantité réduite de linge.

Tout récemment, certaines marques ont supprimé cette contrainte en concevant des modèles qui peuvent laver et sécher une même quantité de linge, de l'ordre de 6 kg. 

 

N'hésitez pas à nous communiquer vos remarques, suggestions ou commentaires en nous adressant un mél à contact@technidomia.com

 

Gros électroménagerLavageLave-linge Bien choisir

Informations complémentaires Lave-linge ...